joomla_logo_black

L'histoire du Taekwondo


Que veut dire TAE KWON DO ?

  • TAE : Donner un coup de pied
  • KWON : Donner un coup de poing
  • DO : La voie, l'esprit

Les origines : La pratique du combat à mains nues remonte à la présence des premiers hommes sur Terre (3 à 4 millions d'années) pour de multiples besoins : défense contre de petits animaux, entre peuplades etc. Les traces d'une pratique martiale remontent quant à elles à plus de 2000 ans (les peintures sur des vestiges de tombes en témoignent par exemple). Le terme générique le plus souvent employé pour la pratique de cette époque est le Tang Soo Do.

Le Tang Soo Do s'est constament développé, et notamement tout au long des dynasties Coréennes :

  • Dynastie Kokurio (37 à 668 après JC)
  • Dynastie Silla (668 à 935 après JC)
  • Dynastie Koryo (935 à 1392 après JC)
  • Dynastie Yi (1392 à 1907 après JC)


Vers la fin de la Dynastie Yi, un style apparait : le Tae Kyun (basé sur les techniques de jambes). Ce style ne sera jamais adopté en tant qu'Art Martial par manque de discipline mentale. Néanmoins, le Tang Soo Do moderne intègre les techniques de jambes du Tae Kyun.

L'occupation Japonaise de la Corée interrompt l'étude des Arts Martiaux coréens.
Les Kwan : A la fin de l'occupation Japonaise, 1945, les Kwan (écoles fondamentales d'Arts Martiaux coréens) sont :


  • 1. MOO DUK KWAN (dirigée par Hwang Kee)
  • 2. YON MOO KWAN (dirigée par Chun Sang Sup)
  • 3. YMCA KWON PUP (dirigée par Pyong In Yun)
  • 4. CHUNG DO KWAN (dirigée par Won Kuk Lee)
  • 5. SONG MOO KWAN (dirigée par No Byong Jik)

De ces 5 Kwan apparaitront à la fois d'autres écoles et des styles issus des Kwan, ainsi, au début de la guerre de Corée (25 Juin 1950), les Kwan sont :


ECOLES STYLES DIRECTION
MOO DUK KWAN MOO DUK KWAN HWANG KEE
JI DO KWAN JI DO KWAN YUM KWEI BYONG
YON MOO KWAN
HAN MOO KWAN
CHANG MOO KWAN KANG DUK KWAN LEE NAM SAK
KANG MOO KWAN
CHEONG MOO KWAN
CHUNG DO KWAN CHONG DO KWAN SON DOK SONG
CHONG KYONG KWAN
KUK MOO KWAN
O DO KWAN
SONG MOO KWAN SONG MOO KWAN NO BYONG JIK

L'unification des Arts Martiaux Coréens en un terme : le Taekwondo :


En 1955, le terme Taekwondo est proposé par Choi Hong Hee : il faudra encore quelques années avant que ce terme soit accepté, donnant naissance à la KTA (Korean Taekwondo Association) dans laquelle siègent : Che Myung Sin, Choi Hong Hee, No Byong Jik, Kim Young Che, et Kim Un Yong. C'est le début du Taekwondo moderne.

Qu'est-ce que le Taekwondo ?

Réputé pour ses techniques de jambes, particulièrement les coups de pieds sautés, et ses casses spectaculaires, le Taekwondo est un Art Martial traditionnel Coréen. Il est important de noter les influences des Arts Martiaux Chinois et Japonais puisque certains Grands Maîtres de Taekwondo ont bénéficié également d'apprentissages auprès des Grands Maîtres de Karaté et de Kung-Fu.


Les principes définissant l'esprit du Taekwondo :


  • Courage
  • Combativité
  • Respect d'autrui
  • Absence de violence gratuite
  • Grande concentration
  • Développement de soi
  • Amour de la nature

Cet Art Martial est basé sur la flexibilité. Il allie art et surprise. C'est une véritable école de volonté, permettant l'évolution individuelle dans le groupe. Il inculque des notions d'ordre. En Corée, cet Art Martial est obligatoire au sein des armées et dans les écoles où il est enseigné comme système de défense. Les femmes pratiquent aussi le Taekwondo. La police municipale de Seoul s'y adonne également. Le Taekwondo compte aujourd'hui plus de 15 millions d'adeptes répartis dans plus de 100 pays aussi divers que les Etats-Unis, les Pays-Bas, mais encore la Turquie ou la Côte-d'Ivoire et bien entendu, la France. Depuis le 4 septembre 1994, le Taekwondo est devenu Discipline Olympique.


TaekwonDo Jiong-Sinn : l'esprit du Taekwondo

Dénomination coréen Traduction
Yé Eui Courtoisie.
Yeum Tchi Loyauté
Inn Né Persévérance
Geuk Ki Maîtrise de soi
Bek Jeul Boul Goul Combativité
Mou Do L'art martial
Yip To Début de la pratique d'un art martial

L'écriture Coréenne :

Pendant des siècles, la Corée a utilisé les caractères chinois pour l'écriture, mais à cause des difficultés et des longues études pour l'apprentissage de chaque caractère, seuls les nobles ont été en mesure d'apprendre. Les gens du commun étaient, par conséquent, illettrés et incapables de lire les écrits les plus simples.

En 1443, le roi de Corée Sé Jong quatrième dirigeant de la dynastie Yi a chargé un groupe de lettrés de concevoir Houn Minn Jeong Eum ou "écriture pour le peuple" qui ferait de la lecture et de l'écriture de la langue Coréenne une chose simple pour tous les Coréens, indépendamment de leur statut social.

Beaucoup de courtisans et de lettrés s'opposèrent au projet, disant qu'il dégradait la littérature et la rabaisserait " au niveau de la poussière" mais le Roi Sé Jong non intimidé a continué et après trois années, présenta au public un nouvel alphabet Coréen très perfectionné connu dès lors comme le Han Geul.

L'alphabet Han Geul est un système purement phonétique consistant en 24 lettres, similaire à l'alphabet latin. A la différence des caractères Chinois, le Han Geul n'inclut pas le symbolisme. Les voyelles et consonnes sont combinées pour former des syllabes. Les syllabes comportent deux lettres au minimum et quatre au maximun. Toute personne intéressée peut apprendre à lire et à écrire le Han Geul en mémorisant les sons phonétiques de base.


Nous avons 116 invités et aucun membre en ligne